Select Page

Dans le monde du cinéma, les scènes chaudes sont les plus badasses à tourner. Pourtant, des études ont montré que le public adulte aurait un plus grand penchant pour les films qui sont à la limite de l’érotique et de la pornographie. Fort heureusement, les réalisateurs ne sont jamais à court d’idée pour titiller l’audition.

Comme la peur de la censure empêche souvent d’intégrer des scènes avec des corps dénudés, la plupart des cinéastes limitent leurs vidéos à de petites séquences de frotti-frotta tranquilles. Les plus classiques sont les petites embrassades qui commencent dans un endroit romantique, et qui deviennent de plus en plus fougueuses pour aboutir à de petites galipettes à la belle étoile. Puis, avec les années qui passèrent, ces types de film ont été de moins en moins assujettis aux mauvaises critiques, le public en demandant même plus. Les scènes nues à trois sont donc apparues sur le grand écran, mettant en avant les triangles amoureux. Mais l’une des choses les plus surprenantes est que l’on constate tout de même très bien que les scripts frôlent la limitent du réel, en parlant du vécu de l’être humain au quotidien, voire de son travail et de ses activités.

Dernièrement, l’homophobie a aussi pu permettre d’obtenir des palmarès en matière de fiction érotique. En effet, on y sent plus l’intensité et l’émotion dégagées durant les scènes chaudes. Les plus passionnés vont même jusqu’à assister à leur première en salle afin de ne rater aucun détail de ces séquences croustillantes. D’ailleurs, la plupart du temps, quelques scènes, souvent les plus osées, sont ôtées des versions de films diffusés sur le petit écran, les réalisateurs craignant la censure. Puis, comme si cela ne suffisait pas, des petites notes de surréalisme sont rajoutées quelquefois, mêlant monstres et créatures fantastiques à ces films chauds.